Le projet Crocodile

Publié le 26 Mai 2014

Le projet Crocodile

Je ne sais pas si vous connaissez le site, mais une chose est sûre, c'est que vous connaissez le malaise.

 

Vous êtes une femme.

 

Voilà, y'a pas besoin de plus. Y'a pas besoin d'avoir 20 ans, ni d'être un sex-symbol, ni de se fringuer en imprimé panthère.

 

Vous avez forcement, au moins une fois, si vous êtes chanceuse ou peut être cent fois je compatis été victime de "harcelement de rue" voire "harcèlement sexuel".

 

 

Ces termes, ça sonne excessif, ça sonne procès américain; mais en réalité ça existe en France.

Et ça peut être foutrement traumatisant (en fonction du degré de violence / menace).

 

 

Peut être que vous avez été témoins (volontaires ou non, conscientes ou non)... Mais enfin...

 

Je lis depuis quelques semaines un site qui en parle, et j'ai bien envie de vous le faire partager, maintenant qu'il s'est bien étoffé.

 

Le principe, c'est un dessinateur. Des filles lui envoient des témoignages, et il les transforme en BD.

Dans ces BD, l'homme est représenté en crocodile. Tous les hommes, même ceux qui sont bienveillants.

 

Et ça donne des histoires qui, la plupart du temps, me parlent beaucoup.

 

J'ai vécu quelques années à Paris où ce genre de situations étaient quotidiennes.

Depuis que je suis vieille provinciale, ça a grandement diminué. Mais quand même, de temps en temps, sans que je ne demande rien, y'a un petit goût de crocodile qui se fait sentir.

 

Bref, je vous invite à visiter le site d'un homme qui reconnait que même en France en 2014, y'a des très jeunes, moins jeunes, pas jeunes femmes qui en chient.

Et que ce n'est pas normal, et c'est répréhensible par la loi.

 

Projet Crocodile

 

Rédigé par La Chouette

Publié dans #A voir - à lire, #Coup de gueule

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Miliette 26/05/2014 22:34

Comme toutes, j'ai donné... et encore, on ne parle même pas des petites violences quotidiennes du type de celles qu'on vit au taf "on va t'envoyer à la réunion, tu as des arguments qu'on n'a pas niarf niarf"
Merci pour le partage la Chouette !

La Chouette 27/05/2014 00:14

Travaillant dans un milieu principalement féminin, j'ai pas droit au sexisme professionnel (en fait, c'est plutôt les mecs qui s'écrasent ^^), mais je compatis.

Françoise 26/05/2014 09:08

Alors se sujet, hélas, je connais. J'ai même eu droit une fois à "c'est combien", pourtant je n'avais rien de provocant, pas de décolleté, un impert avec un pantalon, mais l'effet d'attendre dans la rue (une copine) à fait croire que j'étais là pour bosser. Bon, le gars quand il a vu qu'il s'était trompé, c'est trouvé mal (et oui) :).
Dans le métro / rer, il m'arrive aussi d'avoir, "c'est quoi ton 06, té bonne et j'en passe", quand je suis en pleine forme, je répond ou je laisse tomber quand ca me gonfle.
Merci pour le lien, je vais filer le lire.

La Chouette 26/05/2014 21:43

Moi aussi, en train d'attendre une copine sous une porte cochère (en robe longue à fleurs, plus "petite maison dans la prairie" que "salopes en chaleur") y'a un type qui est venu me demander si je travaillais...
Il est parti la queue entre les jambes (c'est le cas de le dire).