Coming Out

Publié le 27 Mars 2014

Coming Out

En parler ou pas ?

Certains voudront garder dans l’intimité de leur couple ce qui concerne leur couple, d’autres se sentiront honteux ou auront peur d’avoir à donner des explications.

 

Pour ma part je suis partagée : aucune envie de jeter mes petits problèmes persos en pâture, a priori.

 

A l’annonce du diagnostic, j’ai appelé ma sœur dont je suis très proche et qui attendait fébrilement les résultats du spermo (enfin, c’est ce que je croyais).

Elle a écouté mes explications pendant ses 5 min de pause, m’a dit « mais de toutes façons, tu t’y attendais ! » (TOI oui, apparemment, mais pas moi mademoiselle !) Et depuis, je vous jure, SILENCE RADIO. On n’habite pas tout près l’une de l’autre mais on a quand même du réseau portable. Elle semble très occupée et mes tentatives de prise de contact restent sans réponses.

Je ne lui en veux pas (trop) car je la connais, elle a d’autres chats à fouetter et me croit forte comme un roc. M’enfin ça fait de la peine, tout de même.

Empathie : 0 / Isolement : 1

 

Comme je ne peux pas garder ça pour moi, je décide de téléphoner à mon cousin. Sa femme est (très) enceinte et je sais que c’est grâce à la médecine. Je lui explique succinctement, il me demande quelques minutes pour s’entretenir avec son épouse, pour qui le sujet est assez sensible apparemment. Il me rappelle quelques minutes plus tard et me la passe.

Quel bonheur ! Elle est enceinte grâce à une fiv et comprend mes doutes. Elle comprend aussi mon besoin d’en parler avec quelqu’un qui est passé par là et pour qui tomber enceinte n’est pas une formalité de quelques semaines / mois. Ses mots sont bienveillants et doux à mon oreille, elle m’écrit même un texto quelques jours plus tard pour m’inviter à les rappeler si j’en ressens le besoin.

Empathie : 1 / Isolement : 1

 

10 jours plus tard, une collègue rentre de vacances. Je l’aime, ma collègue. J’ai confiance en elle, les mots ne sont jamais trop crus, l’amitié s’installe tout doucement malgré le peu de temps que nous passons ensemble. Vient la prise de nouvelles devant un bon café et je n’hésite pas longtemps : elle sait mes difficultés à tomber enceinte alors je balance tout. Elle écoute, ne me prend pas en pitié, pose des questions, m’encourage et me souris. Soulagement.

Empathie : 2 / Isolement : 1

 

Formation externe, nous sommes 4 filles dont 3 de mon établissement et une que j’ai appris à connaitre lors d’un remplacement. Durant le déjeuner, nous parlons "enfant". On me demande quand je compte « mettre en route le deuxième ». Mon hésitation aura été très courte : « quand la médecine pourra ! ».  Je sais que je prends un risque car les cancans courent à vitesse grand V dans mon milieu… mais merde ! Je ne vais pas avoir honte en plus !

Le lendemain, celle qui est assise à côté de moi m’en reparle, elle me dit que sa sœur est dans le même cas et en souffre, elle me dit qu’elle connait plusieurs autres couples qui vivent la même chose.

Je suis peut être naïve mais je pense qu’elle saura se taire. J’ai gagné une oreille supplémentaire, et peut être étrangement, une sorte de respect mutuel.

Empathie : 3 / Isolement : 1

 

J’ai pris le parti d’en parler désormais. Pas à tout le monde parce que la boulangère s’en fout et que ma mère, mon frère et mon supérieur hiérarchique s’en gargariseraient (certains parce qu’ils se réjouissent du malheur des autres, d’autres parce qu’ils ne pourront pas s’empêcher de le hurler à la terre entière en brodant au maximum), mais tout de même, je me sens libérée d’un secret.

Un peu comme si mon grand-père avait été collabo et que je réalisais que je n’avais aucune responsabilité là-dedans.

Rédigé par La Chouette

Publié dans #Et les autres?

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Miliette 19/05/2014 07:19

Tu vois, je relis même tes "vieux" posts !
T'écris pas assez La Chouette, je vais devoir jouer à Candy cruche...

La Chouette 19/05/2014 08:26

J'entends dans mon oreillette que toi non plus, t'écris pas assez :)